samedi 9 septembre 2017

histoire des auto-mitrailleuses de l'empire Russe - 8 - Mgebrov-White

La Mgebrov-White:


The Mgebrov-White:



copyright demiart.ru




Histoire :

L'histoire de l'auto-canon-mitrailleuse Mgebrov-White commenca en Novembre 1914, quand le colonel Cheremzin, colonel en retraite des troupes du génie proposa au ministère de la Défense la création d'unités automobiles blindées de renseignement. Il faut rappeler que cette période voit aussi la création et l'engagement de la première compagnie d'auto-mitrailleuses au front. C'est donc un moment de bouillonnement créatif et industriel car les besoins sont importants. Intéressé par la proposition, le Département de la guerre alloua quatre voitures qui furent rapidement blindées selon les plans du colonel Cheremzin. A noter que la construction de ces voitures blindés furent effectués sur des fonds privés alloués par un homme d'affaire russe. Ces véhicule s'inspiraient des auto-canons et auto-mitrailleuses Renault et Peugeot de l'époque : ouverts sur le dessus avec un armement qui était placé derrière un simple bouclier. Toutefois, cela ne fut pas considéré comme rédhibitoire car la mission de ces voitures blindées étaient la reconnaissance conçue comme sans confrontation directe avec l'ennemi. Malheureusement, l'expérience des combats demandait un blindage plus conséquent. En janvier 1915, le général Broussilov envisagea le transfert de ces voitures vers la 8ème armée et demanda à une commission spéciale d'étudier ces véhicules, la protection fut considérée comme insuffisante aussi au printemps 1915, trois de ces voitures (Benz, Pierce-Arrow et White) furent convoyées à l'usine Izhora de Kolpino pour les transformer en véhicules blindés complets. Le capitaine Mgebrov prit en charge cette transformation. L'une des caractéristiques de ses projets était d'optimiser l'angle de positionnement des différentes plaques de blindage afin d'augmenter artificiellement la protection, ce qu'il avait déjà appliqué aux Mgebrov -Renault. Une autre de ses caractéristiques était la construction d'une casemate fixe armée et non de tourelles. Les trois véhicules ont donc reçue ces casemates. Cependant, si les voitures Benz et Pierce Arrow étaient au départ des voitures de tourisme, la White était basée sur un chassis de camion 4X2 de 1,5 tonnes. Cela permit donc de rajouter une tourelle arrière armée d'un canon de 37 mm hotchkiss.
Il est à noter que les travaux de rénovation furent financés à nouveau sur fonds civils alloués par le même homme d'affaires. les véhicules étaient prêts à l'automne 1915, et dès le 17 Septembre, le 29 ème détachement d'auto-mitrailleuses fut formé sur la base de l'ancienne unité automobile blindée de renseignement.
À l'automne 1915, contrairement aux deux autres véhicules, la Mgebrov-White était prête à être envoyée au front et rejoint à cet effet le 29 ème détachement d'auto-mitrailleuses. Celui-ci fut bientôt envoyé à Tiflis, à la disposition de l'armée du Caucase, dans les combats contre les turcs. A l'été 1916, les véhicules du détachement furent renvoyés à l'usine Izhora pour réparation, puis la Mgebrov-White retourna au front avec la Pierce-Arrow. Le véhicule Benz étant prévu pour être transformé en draisine.
Après la révolution d'octobre,  la Mgebrov-White fut incorporée à l'armée rouge et utilisée dans les combats. Il y a en particulier des preuves de sa présence lors de la défense de la tête de pont de Kakhovka (front sud-ouest) en 1920. On ne sait pas ce qu'elle devint ensuite.
Il n'existe que trois photos connues de ce véhicule.


history:

The story of the Mgebrov-White self propelled-gun began in November 1914, when Colonel Cheremzin, retired colonel of the engineering troops, proposed to the Ministry of Defense the creation of armored car intelligence units. It should be remembered that this period also saw the creation and the engagement of the first company of armored car at the front. It is therefore a time of creative and industrial bubbling because the needs were important. Interested in the proposal, the War Department allocated four cars which were quickly armored according to Colonel Cheremzin's plans. It should be noted that the construction of these armored cars was carried out on private funds allocated by a Russian businessman. These vehicles were inspired by the Renault and Peugeot self propelled-guns and armored cars of the time: open on top with an armament that was placed behind a simple shield. However, this was not considered to be unacceptable because the mission of these armored cars was recognition conceived as not directly confronting the enemy. Unfortunately, the fighting experience required more armor. In January 1915, General Broussilov wanted the transfer of these cars to the 8th Army and asked a special commission to study these vehicles, protection was considered insufficient therefore in spring 1915, three of these cars (Benz, Pierce-Arrow And White) were conveyed to the Izhora factory in Kolpino to transform them into complete armored vehicles. Captain Mgebrov took charge of this transformation. One of the features of his projects was to optimize the positioning angle of the various armored plates in order to artificially increase the protection, which he had already applied to the Mgebrov-Renault. Another of its characteristics was the construction of an armed fixed casemate and not of turrets. The three vehicles have therefore received these casemates. However, while the Benz and Pierce Arrow cars were originally passenger cars, the White was based on a 1.5-ton 4X2 truck chassis. This made possible to add a rear turret armed with a gun of 37 mm hotchkiss.
It should be noted that the renovation work was financed again on civil funds allocated by the same businessman. The vehicles were ready in the autumn of 1915, and as early as 17 September the 29th detachment of machine-guns was formed on the basis of the former armored car intelligence unit.
In the autumn of 1915, unlike the other two vehicles, the Mgebrov-White was ready to be sent to the front and joined the 29th detachment of armored cars. It was soon sent to Tiflis, at the disposal of the Caucasian army, in the fighting against the Turks. In the summer of 1916 the vehicles of the detachment were sent back to the Izhora factory for repair, and thereafter the Mgebrov-White returned to the front with the Pierce Arrow. The Benz vehicle was planned to be converted into a railcar.
After the October Revolution, the Mgebrov-White was incorporated into the Red Army and used on the front. There is, in particular, evidence of its presence in the defense of the Kakhovka (Southwestern Front) bridgehead in 1920. It is not known what it later became.

There are only three known photos of this vehicle.


Le capitaine Mgebrov



Les usines izhora à Kolpino en 1915, la Mgebrov_White est à gauche en train de recevoir son blindage



la Mgebrov-white devant les usines Izhora à Kolpino en 1915


Mgebrov -White du 29ème détachement d'auto-mitrailleuses, armée du caucase


Description technique :

Sur un chassis de camion White de 1,5 tonnes fut montée une superstructure blindée faite classiquement de plaques d'acier au nickel-chrome rivetées sur cornières. L'épaisseur du blindage allait de 4 mm pour le plancher à 7 mm pour la face avant et les côtés. Comme pour toutes les réalisations du capitaine Mgebrov, la configuration du blindage était optimisé pour favoriser la protection par l'inclinaison des plaques ce qui donnait une forme fuselée au véhicule. Ainsi, l'avant blindé à 7 mm et incliné était particulièrement protégé. Le chassis Renault déjà modifié par le capitaine Mgebrov avait la particularité d'avoir le radiateur placé derrière le moteur, ce qui permettait (selon les habitudes du capitaine Mgebrov) d'avoir une face avant très profilée, ce fut moins le cas pour la Mgebrov-White qui avait classiquement le radiateur devant le moteur. Celui-ci était accessible par une trappe avant amovible vers le haut, mais aussi par une trappe supérieure qui basculait vers la gauche ainsi que deux petites trappes latérales. Derrière le moteur se trouvait le compartiment de conduite avec le conducteur à gauche et le chef de bord à droite. Deux petites trappes permettaient la vision. Elles étaient protégées des ricochets de balles par des cornières situées en dessous. Une petite trappe de vision était aussi placée latéralement de chaque côté. Derrière ce compartiment se trouvait le compartiment de combat avec sur le toit la casemate Mgebrov, sorte de tourelle fixe triangulaire qui portait deux mitrailleuses Maxim montées sur plaques coulissantes comme la Fiat omsk ou la Mgebrov-Renault 1ère version. Au sommet de la casemate se trouvait un tourelleau d'observation. Derrière le compartiment de combat se trouvait une tourelle rotative basse qui portait un canon de marine Hotchkiss de 37 mm. L'angle de tir important (260 °) était néanmoins limité par la position arrière de la tourelle. Les accès se faisaient par deux portes : une côté droit du compartiment de conduite et une côté droit du compartiment de combat. La tourelle possédait une trappe simple sur le dessus ouvrant vers l'avant et deux trappes arrières ouvrant en papillon.
L'armement se composait d'un canon naval Hotchkiss de 37 mm de 20 calibres. Deux mitrailleuses Maxim mod 1910 étaient placées sur le toit avec un angle de tir de 180° à elles deux. Les données sur les munitions emportées sont inconnues.
Le moteur était celui très fiable du camion White, quatre cylindres de 3,6 litres de 35 CV. Même si la puissance pour un tel véhicule paraissait faible, elle permettait d'emmener la Mgebrov-White à 42 km/h sur route. Le réservoir de 100 litres donnait une autonomie de 230 à 250 km sur route.
Au final, la Mgebrov-White était considérée comme un bon véhicule, bien protégée par l'inclinaison du blindage. L'installation d'un canon dans une tourelle rotative protégée donnait une puissance de feu et une protection inhabituelle pour des véhicules de cette classe même si l'installation en place arrière n'était pas optimale. La mobilité en terrain meuble était assez correcte en tout cas pas pire que les autres véhicules de cette époque en particulier l'auto-canon Garford-Putilov. Le tourelleau qui permettait une vision à 360° était aussi inhabituel pour cette période. Malheureusement, la mort du capitaine Mgebrov au front le 4 septembre 1915 tua dans l'oeuf tout développement futur de ce véhicule, la situation politique et économique de la Russie faisant le reste.

Poids : 3,4 tonnes
exemplaires fabriqués : 1
longueur : 4,9 m
largeur : 2,25 m
hauteur : 2,4 m
moteur : 4 cyl essence de 3672 cm3 et 35 CV
vitesse sur route : 42 km/h
vitesse tous terrains : 20 km/h
autonomie : 230 à 250 km sur route – 150 km sur tous terrains
réservoir : 100 litres
équipage : 4 à 6


Technical description :

On a 1.5 tonne White truck chassis was mounted an armored superstructure made of nickel-chromium steel plates riveted on angles. The thickness of the armor ranged from 4 mm for the floor to 7 mm for the front and sides. As with all of Captain Mgebrov's achievements, the armor configuration was optimized to provide protection by tilting the plates, giving the vehicle a tapered shape. Thus, the 7 mm and inclined front was particularly protected. The Renault chassis already modified by Captain Mgebrov had the particularity of having the radiator placed behind the engine, which allowed (according to the habits of Captain Mgebrov) to have a very profiled front face, it was less the case for the Mgebrov -White which had classically the radiator in front of the engine. It was accessible by a front hatch movable upwards, but also by an upper hatch which swung to the left as well as two small side hatches. Behind the engine was the driving compartment with the driver on the left and the board officer on the right. Two small hatches allowed vision. They were protected from the ricochets of bullets by angles underneath. A small vision hatch was also placed laterally on each side. Behind this compartment was the battle compartment with the Mgebrov casemate on the roof, a sort of triangular fixed turret carrying two Maxim machine guns mounted on sliding plates like the Fiat Omsk or the Mgebrov-Renault 1st version. At the top of the casemate was a watchtower. Behind the battle compartment was a low rotating turret carrying a 37 mm Hotchkiss marine gun. The large firing angle (260 °) was nevertheless limited by the rear position of the turret. Access was through two doors: one at the right side of the driving compartment and one at the right side of the combat compartment. The turret had a single hatch on the top opening to the front and two rear hatches opening in butterfly.
The armament consisted of a 37 mm gun Hotchkiss gun of 20 calibres. Two Maxim mod 1910 machine guns were placed on the roof with a firing angle of 180 °. The data on the ammunition carried are unknown.
The engine was the very reliable White truck one, four cylinders of 3.6 liters with 35 HP. Although the power for such a vehicle appeared to be low, it allowed the Mgebrov-White to be taken to 42 km / h on the road. The tank of 100 liters gave an autonomy of 230 to 250 km on road.
The Mgebrov-White was considered a good vehicle, well protected by the inclination of the armor. The installation of a barrel in a protected rotating turret gave firepower and unusual protection for vehicles of this class even if the rear seat installation was not optimal. The mobility in loose ground was fairly correct in any case not worse than other vehicles of that era especially the Garford-Putilov self propelled gun. The small turret that allowed 360 ° vision was also unusual for this period. Unfortunately, the death of Captain Mgebrov at the front on 4 September 1915 killed any further development of this vehicle, the political and economic situation of Russia doing the rest.

Weight: 3.4 tons
Manufactured copies: 1
Length: 4.9 m
Width: 2.25 m
Height: 2.4 m
Engine: 4 cyl petrol of 3672 cm3 and 35 CV
Speed ​​on the road: 42 km / h
Off-road speed: 20 km / h
Autonomy: 230 to 250 km on road - 150 km on all terrains
Tank: 100 liters
Crew: 4 to 6




Croquis de la Mgebrov-White (faux)

samedi 19 août 2017

fiat omsk 1

Fiat Omsk casemate, le retour!!!




En effet, je n'avais jamais été satisfait de mon premier essai avec la fiat omsk casemate, comme je le suis pour d'autres modèles et que je reprends lentement. La tentation était grande de représenter ce véhicule en panne dans la rue Poltava à Vladivostok, il existe plusieurs photos dont certaines avec des soldats japonais (voir histoire des auto-mitrailleuses de l'empire Russe - 6 - Fiat Omsk ou blindé Vladivostok ). J'ai donc repris la fiat en mettant des chaines aux roues arrières, un cric sur le marche-pied, et plus de poussière. La difficulté était l'officier japonais de la période Taisho 1912-1926 car il n'en existe pas sur le marché. J'ai donc modifié celui de la boite miniart 35128 japanese tank crew pour conformer son uniforme à ceux de la période avec tenue moutarde à col droit et couleur selon l'arme, lisérés sur les pantalons et poignets, casquette plate avec liséré etc...
Plus d'informations sur cet excellent site: studio siberia
Ainsi que dans ce livre



Fiat Omsk casemate, the return !!!

Indeed, I was never satisfied with my first attempt with the fiat omsk casemate, as I am for other models that I slowly rework. Temptation was great to represent this broken vehicle in Poltava Street in Vladivostok, there are several photos, some of them with Japanese soldiers (see the history of the Russian Empire - 6 - Fiat Omsk or armored Vladivostok). So I modified the fiat by putting chains on the rear wheels, a jack on the step, and more dust. The difficulty was the Japanese officer of the Taisho era 1912-1926 because there are none on the market. I modified the one of the miniart box 35128 japanese tank crew to conform its uniform to those of the period with mustard main color and right collar and color according to the weapon, edged on the trousers and wrists, flat cap with edging etc .. .
More information on this excellent site: studio siberia
As well as in this book (see above)











































































dimanche 30 juillet 2017

fiat omsk 2

fiat omsk 2


FIAT OMSK 2 (Tourelle) la peinture:














































































La seule modification a été la tête du personnage. La gravure du visage étant moyenne, j'ai préféré garder la casquette et changer le visage pour une tête hornet.

The only modification was the head. The original face was bad so I preferred to keep the cap and change the face for an hornet head.




















samedi 10 juin 2017

fiat omsk 2

FIAT OMSK 2 (Tourelle) le montage:























Bonjour à tous, suite au modèle à casemate fixe, voici le second modèle de la fiat Omsk ou que l'on devrait plutôt appeler auto-mitrailleuse Vladivostok car à priori il semble qu'elle n'ait eu rien à voir ni avec fiat ni avec Omsk. Pour plus de précision, se reporter à l'article historique http://panzerhubert.blogspot.fr/2017/05/histoire-des-auto-mitrailleuses-de_6.html

Concernant la maquette, celle-ci vient de la firme WWmodelstudio. Elle est de la même excellente qualité, résine très bien gravée, sans bulles, montage rapide, précision de l'assemblage. Voilà encore un modèle très original. Les quelques modifications portent sur la modification de l'essieu avant, l'ajout d'une manivelle, le renforcement des lames de suspension, la modification des supports de phares, l'ajout de poignées, l'ajout d'une barre de renfort au niveau de l'essieu arrière, la modification du support de la mitrailleuse, l'ajout de la tringle de direction à l'avant droit. vous pourrez voir toutes ces modifications sur les photos. Les roues ne sont bien sur pas encore collées pour les photos.


Hello everyone, following the model with the fixed casemate, here is the second model of the fiat Omsk or should rather beeing called Vladivostok armored car because it seems that it had nothing to do nor with fiat nor With Omsk. For more precision, please refer to the historical article 
http://panzerhubert.blogspot.fr/2017/05/histoire-des-auto-mitrailleuses-de_6.html


Concerning the model, this one comes from the company WWmodelstudio. It is of the same excellent quality, very well engraved resin, without bubbles, fast assembly, precision of the assembly. Here is another very original model. Some modifications include modification of the front axle, addition of a crank, reinforcement of the suspension blades, modification of the headlight supports, the addition of handles, the addition of a reinforcement bar At the rear axle, the modification of the support of the machine gun, the addition of the steering rod to the front right. You will see all these changes on the photos. The wheels are of course not yet glued for the photos.



















Le soldat est une référence Kombat avec une tête Zebrano (soviet heads n°3)

The soldier is a Kombat reference with a Zebrano head (soviet heads No. 3)




mercredi 10 mai 2017

histoire des auto-mitrailleuses de l'empire Russe - 7 - Fiat Izorski ou Izhora

La Fiat Izorski (ou Izhora):
the Izorski (or Izhora) Fiat :



Fiat Izorski (source internet: copyright zonwar.ru)


Histoire :

A la fin de l'année 1914, l'armée russe possède une seule unité d'auto-mitrailleuses équipée de Russo-Balt type C et d'un auto-canon Mannesmann-Mulag. L'unique constructeur automobile russe était alors l'usine Russo-Balt et celle ci n'était pas en situation de fournir rapidement ni un chassis plus résistant ni la quantité de chassis demandés par l'état-major. Des études sont demandées auprès d'autres fournisseurs. Les usines Izorski proposent un projet de blindage intéressant mais butent toujours sur des problèmes de chassis. C'est pourquoi une commission spéciale fut envoyée à l'étranger commandée par le colonel Piotr Ivanovitch Sekretev (le même qui avait mené la commission de 1911-1912) afin d'acheter un grand nombre de véhicules et parmi ceux-ci des auto-mitrailleuses. Le résultat de cette mission sera l'achat immédiat de 48 Austin, 40 Renault et 1 Isotta-Fraschini. Ce seront les premières auto-mitrailleuses à arriver en Russie. Mais les besoins sont énormes et bientôt la décision est prise d'augmenter les livraisons à l'armée non plus en fournissant des véhicules complets mais en commandant les chassis seuls et en faisant monter la superstructure blindée par les usines russe notamment Izorski. Le 21 février 1916, un accord est conclu avec Fiat par l'intermédiaire de son usine américaine de Poughkeepsie pour fournir 90 chassis, le délai de livraison étant le 1er novembre 1916. Le modèle choisi est le fiat 50HP qui va être amélioré tant en puissance qu'en renforcement de la structure sous le nom de Fiat type 55. Parallèlement aux chassis, le travail sur la coque commença avec cinq prototypes différents essentiellement par la disposition de l'armement (une tourelle, deux tourelles etc...). Le 23 avril, le projet définitif est adopté. A l'été 1916, l'usine Izorski se prépare à recevoir le premier chassis, la construction commence en septembre et le 2 décembre, la nouvelle auto-mitrailleuse fait ses premiers essais. Après quelques modifications mineures, le modèle est accepté et la production commence en janvier 1917. Malheureusement, la révolution de février mars 1917 perturbe les sorties et la production est la suivante :
Au 4 octobre 1917:
51 chassis reçus des États-Unis.
1 chassis fourni au corps belge des auto-canons-mitrailleuses en Russie en remplacement d'une ancienne auto-mitrailleuse Minerva (capturée plus tard par les Allemands et renommée « Raudi ».
1 chassis fourni à Adolphe Kegresse pour construire un prototype semi-chenillé fiat (non réalisé)
8 chassis fournis au détachement britannique d'auto-mitrailleuses RNAS en Russie.
41 chassis utilisés pour des Fiat Izorski dont 16 auto-mitrailleuses terminées et 25 en phase d'achèvement.
Le 1er avril 1918, 47 véhicules étaient produits.
En octobre 1918 33 véhicules supplémentaires sont produits ce qui porte la production totale à 80 auto-mitrailleuses.


History:

At the end of 1914, the Russian army had a single armored car unit equipped with Russo-Balt type C and a Mannesmann-Mulag self propelled gun. The only Russian car manufacturer was then the Russo-Balt factory and it was not in a position to provide quickly either a more resistant chassis or the amount of chassis requested by the General Staff. Studies are requested from other suppliers. The Izorski factories offer an interesting armored project but always run on chassis problems. For this reason a special commission was sent to foreign countries commanded by Colonel Piotr Ivanovich Sekretev (the same man who had led the commission of 1911-1912) in order to buy a large number of vehicles and among these armored cars. The result of this mission will be the immediate purchase of 48 Austin, 40 Renault and 1 Isotta-Fraschini. They will be the first armored cars to arrive in Russia. But the needs are enormous and soon the decision is taken to increase the deliveries to the army not by supplying complete vehicles but by ordering the chassis alone and building the armored superstructure by the Russian factories for example Izorski. On February 21, 1916, an agreement was reached with Fiat through its American factory in Poughkeepsie to supply 90 chassis, the delivery date being November 1, 1916. The model chosen is the fiat 50HP which will be improved by much power And reinforcement of the structure under the name of Fiat type 55. Parallel to the chassis, work on the hull began with five different prototypes essentially by the arrangement of the armament (one turret, two turrets etc ...). On 23 April, the final draft was adopted. In the summer of 1916, the Izorski factory was preparing to receive the first chassis, construction began in September and on 2 December, the new machine-gun made its first tests. After some minor modifications, the model is accepted and production begins in January 1917. Unfortunately, the revolution of February March 1917 disrupts the outputs and production is as follows:
As of 4 October 1917:
51 chassis received from the United States.
1 chassis supplied to the Belgian corps of self-machine guns in Russia in replacement of a former Minerva armored car (captured later by the Germans and renamed "Raudi".
1 chassis supplied to Adolphe Kegresse to build a semi-tracked fiat prototype (not realized)
8 chassis supplied to the British detachment of RNAS armored cars in Russia.
41 chassis used for Izorski Fiats including 16 armored cars completed and 25 in completion phase.
On 1 April 1918, 47 vehicles were produced.
In October 1918 33 additional vehicles were produced bringing the total production to 80 armored cars.


Description technique :

Une étude très aboutie avait tenté d'améliorer tout ce qui avait pu poser problème dans un véhicule blindé et fermé, c'est pourquoi la fiat Izorski représentait un réel progrès sur tout ce qui avait été produit jusque là. La superstructure blindée à 5 mm pour le toit et 7 (ou 8) mm pour l'avant et les côtés est formée de plaques d'acier au nickel-chrome rivetées sur des cornières métalliques. A l'avant une porte double qui s'ouvre et se ferme par l'intérieur permet le refroidissement du moteur, les parties supérieures du capot moteur sont ouvrantes afin de faciliter la maintenance de celui ci. Dans le compartiment de combat se trouvent le conducteur à gauche et le chef de bord à droite. La vue est assurée par soit une large plaque avant basculante percée de deux fentes de vision soit par deux petites trappes de vision basculantes avec du verre à l'épreuve des balles. Sur le centre de la caisse sont montées deux tourelles en diagonale, cette disposition permettait de réduire la largeur du véhicule par rapport à deux tourelles côte à côte, mais aussi d'accroitre l'angle de tir. L'accès se faisait par deux portes placées en diagonale de part et d'autre de la caisse. Les portes ne pouvaient s'ouvrir que par une clé spéciale. L'armement consistait en deux mitrailleuses Maxim mod 1910, approvisionnées à 6000 coups. Une trappe coulissante sur le sommet de la tourelle permettait le tir vers le haut à un angle de 80°. L'angle de tir horizontal était de 290°. Sur le toit était monté un ventilateur pour évacuer le plus rapidement possible les gaz de tir. Un réservoir supplémentaire d'eau pour le refroidissement des armes était monté dans chaque tourelle. Le démarrage électrique du moteur se faisait de l'intérieur. La vitesse était de 65 km/h sur route. L'autonomie était de 100 à 140 km pour un réservoir de 80 litres. Les roues arrières étaient jumelées pour supporter le poids, les pneus étaient remplis de glycérine-gélatine pour accroitre la résistance aux balles. Pour la conduite de nuit, deux phares étaient positionnés de part et d'autre de la caisse, plus tard un phare fut aussi monté devant le radiateur derrière les portes blindées avant. Enfin, une charge d'auto-destruction était prévue afin de ne pas laisser le véhicule tomber entre des mains ennemies. La Fiat Izorski était une auto-mitrailleuse très efficace pour son temps et bien adaptée à ses missions. Avec son moteur performant, sa facilité à trouver des pièces détachées et sa fiabilité, elle surpassait les autres véhicules de sa catégorie. Il existe un exemplaire survivant qui se trouve au musée central des forces armées à Moscou. D'autres exemplaires ou répliques mais non totalement exacts se trouvent dans d'autres musées


poids : 5300 kg
équipage : 3 à 4
longueur : 4,8 m
largeur : 1,9 m
hauteur : 2,6 m
moteur : 72 CV
vitesse : 60 km/h
autonomie : 140 km


Technical description :

A very thorough study had tried to improve everything that had been problematic in a closed armored vehicle, so the fiat Izorski represented a real progress on everything that had been produced so far. The 5 mm armored superstructure for the roof and 7 (or 8) mm for the front and sides are made of nickel-chromium steel plates riveted to metal angles. At the front a double door which opens and closes from inside allows the engine to be cooled, the upper parts of the engine cowl can be opened to facilitate maintenance of the engine. In the battle compartment are the driver on the left and the chief on the right. The view is ensured by either a large tilting front plate pierced with two vision slits or by two small tilting vision sheets with ball-proof glass. On the center of the body are two diagonal turrets, this arrangement made it possible to reduce the width of the vehicle with respect to two turrets side by side, but also to increase the angle of fire. The access was made by two doors placed diagonally on each side of the box. The doors could only be opened by a special key. The armament consisted of two Maxim 1910 machine guns, stocked with 6000 shots. A sliding door on the top of the turret allowed the fire upward at an angle of 80 °. The horizontal angle of fire was 290 °. On the roof was mounted a fan to evacuate the gases as quickly as possible. An additional tank of water for the cooling of the weapons was mounted in each turret. The engine was electrically started from the inside. The speed was 65 km / h on the road. The range was 100 to 140 km for an 80-liter tank. The rear wheels were twinned to support the weight, the tires were filled with glycerin-gelatin to increase bullet resistance. For the night driving, two headlights were positioned on either side of the body, later a headlight was also mounted in front of the radiator behind the front armored doors. Finally, a self-destruct charge was provided to prevent the vehicle from falling into enemy hands. The Fiat Izorski was a very effective machine for its time and well suited to its missions. With its powerful engine, ease of spare parts and reliability, it surpassed other vehicles in its class. There is a surviving copy in the Central Museum of the Armed Forces in Moscow. Other copies or replicas but not totally accurate can be found in other museums


Weight: 5300 kg
Crew: 3 to 4
Length: 4.8 m
Width: 1.9 m
Height: 2.6 m
Engine: 72 HP
Speed: 60 km / h
Autonomy: 140 km

croquis ébauche de 1916 (source internet)

La Fiat 50 CV qui servit de modèle (source internet)


Fiat Izorski mod 1917 (source internet)


Fiat Izorski mod 1917 (source internet)


Fiat Izorski mod 1917 (source internet)


croquis de la Fiat Izorski (source internet)


Emploi dans les armées :

La Fiat Izorski fut le deuxième modèle par le nombre d'auto-mitrailleuses dans l'armée russe après l'Austin. Elle fut employée dans l'armée Impériale Russe pendant les derniers temps de la première guerre mondiale sur le front de l'est, par l'armée rouge pendant la guerre civile mais aussi pendant la guerre Russo Polonaise de 1919-1921, fut aussi capturée par les armées indépendantes de Lituanie, Lettonie et Estonie. Dans la mesure où l'on pouvait obtenir certaines pièces de rechange à partir de modèles civils comme le camion Amo F15, la fiat Izorski put avoir une longue vie. En effet, à la fin de 1921, l'armée rouge comptait encore 55 fiat dans ses rangs et le 10 décembre 1929 encore 43 (16 en service). Au début des années trente, la production de véhicules russes comme la Ba27 étant assurée, les Fiat seront petit à petit mises au dépôt puis détruites ou exposées en plein air dans des écoles ou casernes.


Employment in the Armed Forces:

The Fiat Izorski was the second model by the number of armored cars in the Russian army after the Austin. She was employed in the Russian Imperial army during the last stages of the first world war in the east, the Red Army during the Civil War but also during the Polish Russo War of 1919-1921, and was also captured by the independent armies of Lithuania, Latvia and Estonia. To the extent that certain spare parts could be obtained from civilian models like the Amo F15 truck, the fiat Izorski could have a long life. At the end of 1921, the Red Army still had 55 fiat in its ranks, and on December 10, 1929, there were still 43. In the early 1930s, the production of Russian vehicles such as the ba27 was assured. The fiat thus went to depots and then were destroyed or exposed in the open air in schools or barracks.


Fiat Izorski Ilia Muromets Petrograd 1917 (source internet)


Devant le théatre du Bolshoï avec un camion Garford été 1918 (source internet)


Une Fiat d'essai à Yaroslavl été 1918 (source internet)


Une Fiat du 18 ème détachement Pétrograd 1919 (source internet)


Une Fiat du 33 ème détachement « ouragan » (source internet)


Une Fiat à Aleksevka automne 1919 front nord ouest (source internet)


Une Fiat du 7 ème détachement pétrograd 1920 (source internet)


Fiat Izorski en parade à Kazan 1920 (source internet)


Une Fiat au curieux camouflage (source internet)


à droite fiat Izorski à roues à rayons parade de l'armée rouge 1er mai 1925 place rouge Moscou (source internet)


à droite Fiat Izorski à roues à rayons parade de l'armée rouge 1er mai 1925 place rouge Moscou (source internet)


Fiat en manœuvres Kiev 1929 (source internet)


Dans les armées étrangères :

En 1921, l'armée rouge donnera deux fiat à l'armée mongole pour former un embryon de détachement motorisé.
On trouvera aussi des Fiat dans la légion Tchèque et les armées blanches pendant la guerre civile russe. En effet, les usines Izorski se trouvent après la révolution en zone bolchevique donc la totalité des véhicules produits iront à l'armée rouge mais au gré des combats, certains changeront de mains. Dans le sud par exemple, les armées blanches possédaient 4 Fiat. Bien sur ces Fiat n'ont rien à voir avec les Fiat Omsk ou auto-mitrailleuses Vladivostok.
Dans les armées étrangères, on retrouve au moins six pays qui ont utilisé ces véhicules.
  • La Pologne capture deux Fiat pendant la guerre Russo-Polonaise de 1919-1921 (les 25 avril 1920 et 31 mai 1920). Ces deux véhicules seront intégrés à la nouvelle armée Polonaise jusqu'au début des années trente. L'un d'entre eux sera exposé au musée de la forteresse de Modlin jusqu'à l'invasion allemande de 1939.
  • Au moins deux fiat sont capturées par l'armée allemande , renommées « löttchen » et « Gerda » on les retrouvera à Berlin et Munich en 1919.
  • Une Fiat est capturée en 1918 par l'armée lettonne, renommée « Staburags » et utilisée contre l'armée rouge dans les batailles pour l'indépendance de la Lettonie.
  • Une Fiat fut capturée par l'armée lituanienne en mai 1919 et renommée « Zaibas » et utilisée jusqu 'en 1939.
  • Une Fiat fut transférée de l'armée russe blanche du nord ouest (où elle était nommée «Russia ») vers l'armée estonienne  qui la renomma « Wambola » et utilisée jusque dans les années trente.
  • Une fiat fut utilisée par l'armée roumaine sans que l'on sache comment elle était arrivée là.



In foreign armies:

In 1921, the Red Army gave two fiat to the Mongolian army to form an embryo of motorized detachment.
Fiat will also be found in the Czech legion and the white armies during the Russian Civil War. Indeed, the factories Izorski are after the revolution in Bolshevik zone so all the vehicles produced will go to the Red Army but as the fighting goes on, some will change hands. In the south, for example, the white armies had 4 Fiat. Of course these Fiat have nothing to do with Fiat Omsk or Vladivostok machine-guns.
In foreign armies, there are at least six countries that have used these vehicles.
Poland captured two Fiat during the Russo-Polish War of 1919-1921 (25 April 1920 and 31 May 1920). These two vehicles will be integrated into the new Polish army until the early 1930s. One of them will be exhibited at the Museum of the Modlin Fortress until the German invasion of 1939.
At least two fiats were captured by the German Army, renamed "löttchen" and "Gerda". They were found in Berlin and Munich in 1919.
A Fiat was captured in 1918 by the Latvian army, renamed "Staburags" and used against the Red Army in the battles for the independence of Latvia.
A Fiat was captured by the Lithuanian army in May 1919 and renamed "Zaibas" and used until 1939.
A Fiat was transferred from the Russian White Russian Army (where it was called "Russia") to the Estonian Army which renamed it "Wambola" and was used until the 1930s.
A fiat was used by the Romanian army without knowing how it had arrived there.


Fiat Izorski polonaise (source internet)


Fiat polonaise à la forteresse de Modlin (source internet)


L'une des Fiat allemandes « lottchen » (source internet)


Une autre Fiat allemande Berlin mars 1919 (source internet)


Une autre Fiat allemande Berlin mars 1919 (source internet)


Une autre Fiat allemande Berlin mars 1919 (source internet)


« Gerda » une Fiat allemande dans les Freikorps avec des roues metalliques (source internet)


« Staburags » la Fiat lettone (source internet)


« Staburags » la Fiat lettone (source internet)


« Zaibas » la Fiat lituanienne (source internet)


« Zaibas » la Fiat lituanienne en 1930 (source internet)


« Zaibas » la Fiat lituanienne (source internet)


« Wambola » la Fiat estonnienne (source internet)


Fiat de la légion tchèque à Troïsk été 1918 (source internet)


Fiat de la légion tchèque à Troïsk été 1918 (source internet)


Une Fiat du détachement britannique d'auto-mitrailleuses en Russie (source internet)