lundi 1 mai 2017

histoire des auto-mitrailleuses de l'empire Russe - 3 - Russo-Balt type C

L'auto-mitrailleuse Russo-Balt type C :
the Russo-Balt typ C armored car :


(source: internet copyright: zonwar.ru)

lien vers la maquette: http://panzerhubert.blogspot.fr/search/label/russo-balt%20type%20C


L'entreprise Russo-Balt :

Anciennement Russo-Baltique, cette société était au départ une filiale de l'entreprise hollando-allemande Van der Zypen und Charlier qui produisait des wagons de chemin de fer. Cette entreprise reçut une commande importante de la russie pour 500 wagons. Afin de ne pas payer de droits de douane, une usine fut construite à Riga (Lettonie) alors dans l'empire Russe. Plus tard l'usine devint une société en propre sous le nom d'entreprise russo-baltique de wagons, elle se développa rapidement au point de couvrir 20 hectares d'ateliers et 4000 employés en 1912. En 1895, une branche parallèle automobile fut créée (« Phoenix ») et les deux sociétés furent absorbées par le syndicat Prodvagon en 1906. Ce syndicat était une forme de regroupement de sociétés sous contrôle de l'état afin de rationaliser et mieux controler les besoins, prix, approvisionnements, etc... en terme de matériel roulant. Il représentait en 1914, 97% de la production automobile russe.
En 1908, Phoenix devint la branche automobile de Russo-Baltique, puis le nom changea en Russo-Balt par raccourci dû au Français. En effet, l'ingénieur en chef de Russo-Balt, Julien Potterat, Suisse fancophone, avait déjà conçu une voiture pour la firme belge Fondu. C'est cette voiture qui servit de base au premier modèle de Russo-Balt. Ce fut le modèle C-24/30 (modèle C avec puissance estimée 24CV et puissance maximum 30CV avec moteur de 4500 cm3) sorti en mai 1909 puis décliné en C24-35 et C24-40. A noter que la première utilisation du train chenillé kégresse se fera sur une C24/40 en 1913 (l'ingénieur Français travaillant alors pour le tsar).

the Russo-Balt company :

Formerly Russo-Baltic, it was initially a subsidiary of the Dutch-German Van der Zypen und Charlier company, which produced railway wagons. This company received an important order from Russia for 500 railway cars. In order not to pay customs duties, a factory was built in Riga (Latvia) then in the Russian Empire. Later the factory became a distinct company under the name of Russo-Baltic wagon company, it developed rapidly to the point of covering 20 hectares of workshops and 4,000 employees in 1912. In 1895 a parallel branch was created ("Phoenix") and the two companies were absorbed by the Prodvagon trade union in 1906. This union was a form of regrouping of companies under state control in order to rationalize and better control needs, prices, supplies, etc ... In terms of rolling stock. In 1914, it accounted for 97% of Russian car production.
In 1908, Phoenix became the automobile branch of Russo-Baltic, then the name changed to Russo-Balt by short cut due to the French. Indeed, Russo-Balt's chief engineer, Julien Potterat, Fancophone Swissman, had already designed a car for the Belgian firm Fondu. It is this car that served as the basis for the first model of Russo-Balt. It was the model C-24/30 (model C with estimated power 24CV and maximum power 30CV with engine of 4500 cm3) released in May 1909 then declined in C24-35 and C24-40. It should be noted that the first use of tracked system kégresse will be on a C24 / 40 in 1913 (the French engineer then working for the tsar).
l'entreprise de wagons russo-Baltique à Riga en 1909 (source: internet)

la Russo-Balt type C-24/40 à train chenillé Kégresse (source: internet)







La Russo-Balt type C :

Après l'aventure Charron-Nakashidze, l'automitrailleuse en Russie était au point mort. C'est le déclenchement de la guerre qui va ressuciter l'idée d'un véhicule blindé et armé. Après les premières expériences artisanales menées en Prusse orientale, le 17 aout 1914, le ministre de la guerre V.A. Sukhomlinov ordonna au colonel du régiment de chasseurs de la garde impériale Alexander Nikolayevitch Dobrzhansky, de créer et de commander une « batterie d'auto-mitrailleuses », plus tard renommée compagnie. Après une étude des différents modèles civils aptes au projet, le choix se porta sur le modèle russo-Balt C-24/40. Huit chassis furent réservés (№ 530, 532, 533, 534, 535, 538, 539, 542 ).  La transformation en véhicules blindés fut très rapide, tout juste un mois et demi. Celle-ci fut menée dans les usines Izhora (Izhorski) à Kolpino sous la supervision du colonel Dobrzhansky lui-même et de l'ingénieur naval A.Y. Grauen. Pour gagner du temps, l'idée de tourelles fut abandonnée et les mitrailleuses Maxim se retrouvèrent placées dans la caisse tirant à travers des trappes coulissantes. Huit véhicules furent construits et le 12 octobre, la première compagnie au complet put être inspectée par le Tsar en personne avant son départ pour le front.


The Russo-Balt typ C :

After the Charron-Nakashidze adventure, the Russian armored car was stalled. It is the outbreak of war that will revive the idea of ​​an armored and armed vehicle. After the first artisanal experiments in East Prussia, on August 17, 1914, War Minister VA Sukhomlinov ordered the Colonel of the Imperial Guard's regiment of the Imperial Guard Alexander Nikolayevich Dobrzhansky to create and command a "battery of armored cars , Later renamed company. After a study of the different civilian models suited to the project, the choice was based on the Russo-Balt model C-24/40. Eight chassis were reserved (№ 530, 532, 533, 534, 535, 538, 539, 542). The transformation into armored vehicles was very fast, just a month and a half. This was carried out in the Izhora (Izhorski) factories in Kolpino under the supervision of Colonel Dobrzhansky himself and naval engineer A. Y. Grauen. To save time, the idea of ​​turrets was abandoned and Maxim machine guns were placed in the body firing through sliding traps. Eight vehicles were built and on 12 October the first full company could be inspected by the Tsar in person before leaving for the front.

Le chassis de la Russo-Balt type C-24/40 choisi (source: internet)

Les Russo-Balt de la 1ère compagnie le 12 octobre 1914 à Tsarskoïe Selo (source: internet)
Une Russo-Balt de la 1ère compagnie le 12 octobre 1914 à Tsarskoïe Selo (à gauche) (source: internet)

Russo-Balt n° 7 endommagée fevrier 1915 (source: internet)

Russo-Balt front nord ouest printemps 1915 (source: internet)


Russo-Balt front nord ouest printemps 1915 (source: internet)

Russo-Balt front nord ouest printemps 1915 (source: internet)

Russo-Balt front nord ouest printemps 1915 (source: internet)

Russo-Balt front nord ouest printemps 1915 environs de Prasnysha (source: internet)

Russo-Balt front nord ouest printemps 1915 (source: internet)

Russo-Balt front nord ouest printemps 1915 (source: internet)


Russo-Balt front nord ouest printemps 1915 (source: internet)

Russo-Balt front nord ouest printemps 1915 (source: internet)






Véhicule similaire :

A noter qu'un véhicule de design similaire fut construit par la même firme pour la division de cavalerie du caucase sur un chassi de camion de 1,5 t. Ce véhicule fut envoyé sur le front du caucase et pris en photo en 1916. Un autre véhicule similaire fut construit pour la 1ère compagnie motocycliste.

Similar Vehicle:

It should be noted that a vehicle of similar design was constructed by the same firm for the caucasian cavalry division on a truck chassis of 1.5 tons. This vehicle was sent to the front of the Caucasus and pictured in 1916. Another similar vehicle was built for the 1st motorcyclist company.


Russo-Balt division de cavalerie du caucase 1916 (source: internet)
Russo-Balt de la 1ère compagnie motocycliste

Histoire :

L'histoire de l'auto-mitrailleuse Russo-Balt est intimement rattachée à celle de la première compagnie d'auto-mitrailleuses car c'est la seule unitée à laquelle elle sera rattachée durant toute la première guerre mondiale. Elle termine la guerre à Dvinsk au printemps 1918. On ne sait pas combien de Russo-Balt échappèrent à la capture par l'armée allemande. On ne trouve cependant pas de photos de Russo-balt sous les couleurs allemandes (comme pour l'auto-canon Packard), mais certaines d'entre elles se retrouvèrent entre les mains de l'armée rouge pendant le guerre civile Russe et l'une d'entre elles changea même de mains à deux reprises. En 1921, l'armée rouge en compte encore trois exemplaires qui seront démolis peu après.
A noter qu'une réplique sera reconstruite d'après les plans d'origine en 2009 et exposée au Musée d'histoire contemporaine de la Russie de Moscou.


History:

The story of the Russo-Balt machine-gun is closely related to that of the first armored car company because it is the only unit to which it will be attached throughout the First World War. It ends the war in Dvinsk in the spring of 1918. It is not known how many Russo-Balts escaped capture from the german army. There are, however, no photos of Russo-balt under German colors (as for the Mannesmann-Mulag cannon), but some of them were in the hands of the Red Army during the Russian Civil War and one of them changes of hands twice. In 1921, the Red Army still had three copies that were demolished shortly thereafter.
Note that a replica will be reconstructed according to the original plans in 2009 and exhibited at the Moscow Museum of Contemporary History of Russia.





Description technique :

Sur un chassis de Russo-balt type C renforcé, est placée une caisse blindée faite de plaques planes rivetées sur des cornières. Le blindage nickel-chrome est de 5 mm à l'avant et l'arrière, 3,5 mm sur les cotés et 3 mm sur le toit. Ce blindage protège les occupants des tirs de fusil à 200 m. L'avant est tronqué de façon à pouvoir couper les fils de fer barbelés. Le refroidissement des mitrailleuses (à eau) se fait par un réservoir placé sur le toit.L'accès se fait par une seule porte sur le coté gauche et bas de caisse. L'équipage était composé de cinq personnes. Un officier commandant , le chauffeur situé à l'avant droit et trois tireurs. L'armement consistait en trois mitrailleuses 7,62 mm Maxim mod 1910, deux tirant sur les cotés et (ou l'arrière) et une vers l'avant positionnée à gauche du conducteur, le tout approvisionné à 9000 coups en 18 boites standard
Poids : 2960 kg
Longueur / largeur / hauteur : 4,5 m / 1,98 m / 2 m
réservoir 96 litres
vitesse / autonomie : 20 km/h / 100 km


Technical description :

On a reinforced Russo-Balt type C frame, there is an armored body made of flat plates riveted on angle brackets. The nickel-chromium armor plate is 5 mm at the front and rear, 3.5 mm on the sides and 3 mm on the roof. It protects the occupants from rifle fire at 200 m. The front is truncated so as to be able to cut the barbed wire. Cooling of the machine guns (water) is done by a reservoir placed on the roof. Access is done by a single door on the left side and bottom of body. The crew consisted of five persons. A commanding officer, the driver at the front right and three gunmen. The armament consisted of three 7.62 mm Maxim mod 1910 machine guns, two firing on the sides and (or back) and one forward positioned to the left of the driver, all supplied with 9000 shots in 18 standard boxes
Weight: 2960 kg
Length / width / height: 4.5 m / 1.98 m / 2 m
96 liter tank
Speed ​​/ range: 20 km / h / 100 km


croquis de la Russo-Balt type C (source: internet)